48h à Sokcho et au parc national de Seoraksan

par Alexandra

On continue le roadtrip en Corée du Sud avec notre deuxième étape, Sokcho ! Située à l’extrême nord-est de la Corée, à seulement quelques kilomètres de la frontière avec la Corée du Nord, Sokcho est une petite ville portuaire bien connue des Séoulites puisqu’elle se transforme en été en station balnéaire. Il ne faut en effet que 2h de trajet en bus pour pouvoir joindre les deux villes. Nous y étions à la fin du mois de septembre donc il n’y avait vraiment aucun touristes, seulement des amoureux de la randonnée comme nous. En effet, nous avons décidé de nous arrêter à Sokcho pour pouvoir passer une journée à arpenter le Seoraksan, le plus beau parc national de la Corée. Je vous raconte ça !


Après deux heures de bus (20 000₩ soit 15€/pp), nous sommes arrivés à la station de bus de Sokcho (Express Bus Terminal) qui était située à 15 minutes de bus de notre hostel. Nous y avons rencontré Yoo, le propriétaire de l’hôtel qui s’est fait un plaisir de nous expliquer tout ce que nous pouvions faire à Sokcho en deux jours ainsi que comment aller au Seoraksan le lendemain matin. Nous avons également fait la connaissance d’un couple de retraités allemands qui parcouraient la Corée pendant un mois et avons décidé de dîner avec eux après nous être promenés un peu dans la ville. Le lendemain matin, nous sommes partis tôt en direction du Seoraksan afin de passer la journée à randonner ! Après un délicieux barbecue coréen de poisson bien mérité, nous avons quitté le lendemain matin Sokcho en direction de Busan.


Que faire à Sokcho ?

Jusqu’en 1945, à la fin de la Guerre de Corée, date à laquelle la frontière entre la Corée du Nord et la Corée du Sud fut déplacée, Sokcho était encore en Corée du Nord. Depuis lors, de nombreux habitants ont encore actuellement de la famille dans le Nord. La ville en elle-même n’est pas particulièrement belle avec ses bâtiments tout gris mais on y trouve un énorme marché couvert ainsi que de nombreux restaurants où déguster les poissons et fruits de mer frais puisque la pêche est toujours l’activité n°1 de la ville. C’est plutôt une ville où s’arrêter si vous souhaitez faire de la randonnée au Seoraksan mais sinon, je dirais que vous pouvez passer votre chemin. Mais bon, vu qu’on y est, autant que je vous dise ce qu’il ne faut pas rater !

Sokcho est la deuxième grosse étape de notre mois en Corée !

Abai Village (아바이마을)

Le village d’Abai est un quartier de Sokcho qui a abrité de nombreux réfugiés nord-coréens durant la Guerre de Corée. L’histoire de ce village est intéressante puisque son vrai nom est Cheongho-dong qui est communément appelé Abai Village, “Abai” signifiant “personne âgée” en dialecte de la région Hamgyeong située en Corée du Nord. Durant la Guerre de Corée, de nombreuses personnes âgées ont fui la Corée du Nord pour trouver refuge au Sud et, s’y retrouver maintenant c’est pratiquement faire un saut dans le Séoul des années 70 avec des petites maisons coréennes dans une atmosphère un peu unique.

Pour 200₩ (15 cents), vous pourrez accéder au village en empruntant un bateau (max. 35 personnes) qui fonctionne avec la traction manuelle (oui, il y a un monsieur qui tire une corde et qui déplace le bateau d’une rive à l’autre) et une fois arrivés dans le village, vous pourrez y retrouver des petits restaurants vintage, des cafés et une petite plage prisée par les pêcheurs locaux.

Jungang, le marché aux poissons

On mange épicé en Corée !
La star du jour : le crabe géant
Une explosion de couleurs et d’odeurs
Le fameux squid sundae !
Le paradis de la friture !

Évidemment, la ville est connue pour ses plats à base de poisson et de fruits de mer et le marché de Sokcho y est presque entièrement dédié ! Le nom commun de ce marché, le “Sokcho Tourist & Fishery Market” prouve d’ailleurs que c’est l’attraction principale de la ville. Créé en 1954, il est d’ailleurs l’un des 10 marchés à visiter en Corée ! Vous y trouverez de nombreux stands de street food qui vous donneront l’eau à la bouche. Le mieux, c’est de déambuler de stand en stand, en achetant snack sur snack, sans manquer aucun des indispensables : hotteok (une espèce de donut sucré avec du sucre, de la canelle et des noix), ojingeo sundae (une saucisse coréenne avec du calamar), découvrir votre sensibilité au kimchi local ou encore goûter au dakgangjeong (le poulet frit sucré et salé). Je vous assure que vous serez repus !

Le barbecue coréen… au poisson !

Le barbecue, c’est LA tradition en Corée mais vous trouverez à Sokcho, une petite variante assez rare, le barbecue de poisson. On nous avait recommandé le restaurant 88 qui était soit-disant fermé quand nous avons essayé d’y entrer (on voyait des gens à l’intérieur donc je pense qu’ils ne voulaient simplement pas de touristes…). Nous sommes donc allés dans l’un des restaurants à côté et avons pu choisir un menu complet pour 2 sur base d’un menu avec photos, en anglais s’il-vous plaît (c’est assez rare pour être pointé). La ville de Sokcho fait un effort pour attirer les touriste et propose à chaque restaurant des menus traduits. Comme pour le barbecue coréen, le serveur viendra à votre table griller le poisson, le découper et le placer dans vos assiettes et vous pourrez le déguster avec plein de petits plats d’accompagnement. À tester !

Où loger à Sokcho ?

Si vous souhaiter visiter le Parc National de Seoraksan, je vous conseille de loger à Sokcho ou bien, si votre budget vous le permet, d’opter pour l’un des hôtels situés aux alentours du parc. Nous avons opté pour une auberge de jeunesse située à proximité de la gare des bus de Sokcho (attention, il y a deux gares de bus, nous sommes arrivés au Sokcho Express Bus Terminal de Seoul et sommes repartis par l’Intercity Bus Terminal vers Busan). Le House Hostel est tenu par Yoo, un jeune coréen super sympa dont la passion est de rencontrer des voyageurs du monde entier. L’endroit est décoré de façon super originale, il y a un petit-déjeuner inclus, une terrasse extérieure, une chambre personnelle avec salle de bains privée et le tout pour un prix vraiment décent (nous avons payé 68€ pour deux, pour deux nuits). Pour vous dire, Yoo nous a accompagné lors de notre départ et nous a fait signe de la main jusqu’à ce que nous quittions la rue. C’est pas trop mignon ?


Randonnée au Parc National de Seoraksan

Le Parc National de Seoraksan (설악산) nous à été annoncé comme le plus beau et le plus grand parc de la péninsule coréenne et je peux vous le dire d’emblée, c’est absolument vrai. Étant le massif le plus élevé des monts Taebaek, le Seoraksan regroupe une trentaine de sommet dont le plus haut est le Daecheongbong qui culmine à 1708 mètres d’altitude. Évidemment, il vous faut des jours pour visiter le parc national, mais comme nous sommes loin d’être des professionnels de la randonnée (retrouvez mon article sur notre première randonnée à Séoul) nous avions décider de nous octroyer une journée à marcher. Après nous être levés tôt, nous avons pris le bus 7-1 qui partait de notre hostel jusqu’au parc national.

L’entrée du parc

Le billet d’entrée est de 3500₩ soit 2,60€) et je vous recommande de foncer directement vers l’entrée du téléphérique qui mène vers la forteresse de Gwongeunseong, pour y acheter votre ticket à l’avance. Celui-ci coute 10000₩ (7,40€) et vous recevrez un horaire pour lequel vous devrez embarquer dans le téléphérique, attention donc à ne pas être en retard ! Notre créneau était à midi, nous avions donc environ 3 heures devant nous pour une petite randonnée. Le parc propose diverses routes (demandez de l’aide au guichet ou au Visitor Center à l’entrée – N’oubliez pas de prendre une carte en anglais du parc et ils ont également des tampons à collecter !), avec divers niveaux de difficulté et nous avons opté pour un chemin facile/intermédiaire assez court qui menait vers les chutes d’eau Biryong Pokpo.

Il faisait déjà très chaud (environ 28 degrés, sous le soleil, avant midi…) mais la balade était sympa, il y a de nombreux ponts assez impressionnants à traverser, pas mal d’escaliers (tous couverts de caoutchouc antidérapant), les feuilles commençaient à virer vers le rouge, des petits écureuils dans les arbres et nous avons pu arriver à une petite chute d’eau où un groupe de coréens (âgés mais en super forme) nous a demandé de poser avec eux. Nous étions transpirants, ils ne parlaient pas anglais, nous ne parlions pas coréen mais ils nous ont offert des barres de céréales et une bouteille d’eau. Trop mignon ! Concernant cette balade, la chute d’eau en elle-même n’est pas super impressionnante mais la randonnée est sympa, assez facile d’accès pour les débutants et vous offre de beaux panoramas.

Nous sommes ensuite redescendu à notre aise et avons attendu (tout en grignotant nos réserves) à l’ombre des arbres pour notre montée en téléphérique. Préparez-vous à être serrés comme des sardines en boîte, sans air conditionné…

La montée en téléphérique vous offre une vue imprenable !
N’oubliez pas votre ticket !
Il y a du monde !

Une fois arrivé au sommet du Gwongeunseong, je dois dire que j’étais assez déçue par la forteresse conçue pour être un refuge lors d’une invasion mongole au XIIIème siècle. Mais par contre la vue… À couper le souffle. Il y a beaucoup de vent une fois sur place donc il faut faire attention à ne pas glisser et il y a pas mal de monde mais c’est vraiment joli et on peux voir la forêt s’étendre à ses pieds !

La vue sur Sokcho et la mer

La chaleur devenant intenable, nous redescendons vers l’entrée du parc où se trouvent de nombreux petits restaurants et cafés. Nous décidons de déjeuner dans un petit restaurant de type cantine, et nous commandons chacun un bibimbap aux champignons de la forêt. Après avoir repris un peu de forces, nous nous renseignons pour visiter l’Usanbawi, LA randonnée à faire mais malheureusement celle-ci n’est pas accessible le jour de notre visite. Nous décidons donc de nous promener à la recherche du temple Sinheungsa, le principal temple bouddhiste du parc. Il se situe à 15 minutes de l’entrée, sur les pentes d’une montagne du parc mais très proche de la vallée. Fondé en 653, il est parfois considéré comme le plus vieux temple du bouddhisme son !

Sur le chemin, nous rencontrons de nombreuses familles en balade pour la journée mais la majorité des gens que nous rencontrons sont des personnes âgées, ce qui corresponds exactement à notre expérience de randonnée à Séoul ! Il y avait d’ailleurs une compétition de marche qui avait lieu ce jour là. C’est vraiment dingue de voir cet amour pour la randonnée dans tout le pays, c’est vraiment quelque chose que j’ignorais totalement avant de partir en Corée. Après une longue balade sous la fraîcheur des arbres, nous décidons de clôturer doucement notre journée au Seoraksan afin de prendre le bus 7-1 en direction du centre de Sokcho où nous allons profiter de la plage de sable fin avant de déguster un petit barbecue de poisson. Il n’ a pas à dire, le parc national de Seoraksan vaux vraiment la peine d’être visité si vous avez la possibilité de rester un peu plus longtemps dans le pays !

Après un réveil en douceur (coucou les courbatures), nous partons en direction de la station de bus. Sur place, nous achetons de quoi grignoter dans le bus en direction de Busan, la 2ème ville la plus populaire de la Corée du Sud, où nous séjournerons pendant 6 jours. Le trajet dure environ 6 heures avec un arrêt à Gangneung et nous a couté 45100₩ soit 33€ par personne. Ça peux paraitre long comme ça mais le temps passe vite avec une petite sieste, un peu de lecture ou devant un film Netflix (nous avons un wifi portable avec nous, donc nous sommes toujours connectés!). Et la suite de notre voyage sera pour un prochain article !

Aimeriez-vous visiter Sokcho ? Avez-vous déjà entendu parler du Parc National de Seoraksan ? N’hésitez pas à me laisser un commentaire et j’y répondrais avec plaisir !

1 commentaires

Rokusan 26/08/2020 - 13:38

Je n’avais jamais entendu parler du coin et je le met clairement dans la liste des choses à faire lorsque je retournais en Corée du Sud 😀 J’ai l’impression que le pays regorge de lieux comme ça, j’ai tellement hâte de le découvrir en dehors de Séoul !
Ton article me sera bien utile le jour J vue le peu d’infos qu’on trouve sur ce pays 🙂 Merci !

Répondre

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez la sauvegarde de vos données sur ce site.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le blog utilise des cookies pour améliorer votre expérience sur Olamelama. Si vous êtes d'accord, veuillez fermer ce message. Accepter En savoir plus