Changement de carrière: Du design à l’écriture [2ème partie]

Changement de carrière - Du design à l'écriture - Olamelama

On se trouve aujourd’hui pour la deuxième partie de mon changement de carrière (ça fait tout de suite très sérieux quand je l’écris ! ) qui, je te le promets, sera bien moins déprimante que la première. si tu ne l’as pas lue, je te propose de relire les raisons qui m’ont poussé à quitter mon job de graphiste sur un coup de tête pour aller vers de nouveaux horizons.

J’aimerais aussi en profiter pour vous remercier pour tous vos commentaires et petits messages privés que vous m’avez envoyé… C’était tellement touchant de lire vos propres expériences et ça m’a juste donné envie de vous serrer dans mes bras. Merci !

Trouver un travail dans l’inconnu

Donc, si je récapitule… Le design c’est non. « Mais qu’est ce que je pouvais faire de ma vie ? » Je ne sais « que » faire du design… C’est vrai, j’ai fait une année en relations publiques avant de faire du design et je sais parler 4 langues donc je pourrais prendre un job alimentaire de vente en magasin ou en call-center mais c’est reporter mon problème à plus tard seulement. Non, je devais trouver quelque chose qui me plaise, quelque chose où je pourrais apprendre mais également apporter une plus-value à la société qui accepterais de m’embaucher. Mh, pas facile ! Je rajoute par dessus la difficulté d’habiter à l’étranger, de ne pas maîtriser la langue à un niveau professionnel et de ne pas vouloir déménager (et oui, je me sens bien en Allemagne).

Ma conseillère au Jobcenter (le chômage allemand) me donnait des rendez-vous tout les mois pour me proposer des jobs qui ne me correspondaient pas du tout (Programmeuse en javascript en Bavière? Ca corresponds tout à fait à mon profil tiens…). En gros, elle ne m’aidait pas du tout. Je passais au moins 4 heures par jour à repérer des jobs, à préparer des lettres de motivation personnalisée et, évidemment, je me retrouvais à postuler pour des postes de graphiste. Encore. Puis j’allais en cours intensif d’allemand. Et on répète encore et encore.

Vue d'un banc - Changement de carrière - Du design à l'écriture - Olamelama

La monotonie à son paroxysme.

Puis, un jour de décembre, une de mes amies de trivago avec qui j’avais gardé contact et que je voyais régulièrement, m’annonce qu’elle à trouvé un nouveau job de rédactrice à Berlin et que son poste sera libre dès le mois de janvier. Je devais sauter sur l’occasion ! Après tout, je sais écrire ! La preuve, j’écris 2 articles par semaine sur mon blog, il fonctionne plutôt bien et j’ai de bons chiffres… Je ne dois pas être si mauvaise, non ? Sur le moment, j’étais triste d’apprendre son départ et en même temps heureuse de voir une porte s’entrouvrir. Avec l’appui de mes anciens collègues à trivago et de mon copain, j’ai donc commencé à me préparer pour tout donner.

NB: Restez toujours en bons termes avec vos employeurs et vos collègues (si possible évidemment), ça peux s’avérer utile !

Processus d’embauche et retour à trivago

Et oui, même si j’avais déjà travaillé chez trivago, cette fois-ci serait différente. Pourquoi devraient-il me reprendre, en particulier dans un autre département ? Le processus d’embauche était aussi fastidieux que ce que je me rappelais. J’ai donc postulé pour un job de Junior Content Writer au sein de l’équipe francophone du magazine de trivago. En résumé, ce job consiste à créer du contenu inspirationnel à travers des articles pour encourager notre lectorat à utiliser trivago comme plateforme de recherche d’hôtel. Après avoir envoyé mon CV, une lettre de motivation et un portfolio de mes écrits (j’ai sélectionné des articles sur le blog mais également des articles écrit en bénévolat pour un magazine de jeux-vidéo), j’ai attendu une semaine pour recevoir une réponse des ressources humaines.

Sauter dans des eaux inconnues - Changement de carrière - Du design à l'écritre - Olamelama

Prête à sauter dans des eaux inconnues…

Je devais passer un case study (un test quoi) avec 5 différentes questions pour tester mon niveau rédactionnel, ma créativité… en anglais et en français. Rien de bien compliqué, c’était assez fun à faire ! J’ai eu droit à une semaine pour bien peaufiner mon travail et, une semaine plus tard, j’apprenais que j’avais réussi le test et que je devais passer une première interview Skype avec le « chef des éditeurs ». Cette interview passée, je suis allée aux bureaux de trivago (mes anciens bureaux donc) pour passer une dernière interview face à mon Team Lead et ma future collègue. Petite surprise : C’était le premier jour du Carnaval et ils étaient tout les deux déguisés pendant mon interview ! Et ouais, trivago c’est pas une entreprise comme les autres !

Quelques jours plus tard, lorsque j’attendais le bus un matin pour aller chez le médecin, mon téléphone sonna. L’e-mail de trivago était là… Je recevais une offre d’emploi que je me suis pressée d’accepter ! J’étais aux anges, soulagée et euphorique (j’ai d’ailleurs appellé ma maman, mon copain et mes amis directement, les pauvres !) mais je me suis également rendue compte que j’allais devoir remonter mes manches et être prête à apprendre !

Apprendre et encore apprendre

J’ai profité de 2 semaines avant de commencer le boulot pour continuer mes cours intensifs d’allemand, en essayant d’apprendre le plus possible l’allemand avant de devoir partager mon temps avec mon travail. Puis le fameux premier jour est arrivé et je ne faisais pas la maligne.

Étant considérée comme une employée boomerang (qui revient donc), j’ai pu éviter directement la traditionnelle semaine d’introduction pendant laquelle on apprend comment trivago fonctionne, ect. J’ai reçu mon ordinateur et je me suis installée dans mon équipe. Mon Team Lead (mon supérieur donc) m’avait préparé un programme de deux semaines pour me familiariser avec mon travail, mes collègues et ma fonction. J’ai donc passé mes deux premières semaines à rencontrer mes collègues directs ou non, découvrir un département qui allie marketing et création et à me dire que je m’étais fourrée dans une situation pas possible, encore une fois. J’avais peur mais j’étais heureuse. 

Ça fait maintenant un peu plus d’un mois que je suis rédactrice pour Room5, j’ai toujours peur de faire des bêtises, je pose toujours 10 questions stupides par jour et je suis toujours en plein apprentissage du marketing mais… Je suis enfin contente. Ce n’est pas facile tous le temps mais j’apprends tout les jours, je suis entourée de personnes motivées, j’ai des projets et je suis enfin intégrée dans une équipe. J’ai écrit mes deux premiers articles (un sur Bruxelles et un sur les hôtels chocolat), je suis partie pour un business trip à Paris (pour tester un hôtel et me faire prendre en photo, je suis impatiente de vous montrer ça) et j’ai hâte de voir comment cette année va se dérouler !

Blé dans les champs - Changement de carrière - Du design à l'écriture - Olamelama

L’espoir est là !

Vers de nouvelles aventures…

Pour finir, j’aimerais passer un petit message à toi qui galère dans ton job ou qui est à la recherche de plus. Continue de chercher et garde espoir. Ce n’est pas facile, je sais. Des fois tu as envie de tout envoyer valser mais sache que tout est possible tant que tu t’accroches et que tu donnes tu ce que tu as ! J’ai entendu beaucoup de personnes qui me disaient « Ah mais tu as de la chance! »… Oui mais la chance ça se travaille. J’ai tout donné pour finir mon Bachelor en graphisme, pour partir en Erasmus au Canada, pour rentrer aux Beaux-Arts à Porto, pour finir mon Master à l’étranger, pour déménager en Allemagne et trouver un boulot qui me plaît. Mais le travail, ça paie. Et l’espoir aussi.

En route vers de nouvelles aventures - Changement de carrière - Du design à l'écriture - Olamelama

En route pour de nouvelles aventures !

On est donc à la fin de ma petite histoire. J’espère que mon expérience à pu t’aider et je te remercie parce qu’au final, tout ça, je le partage avec toi. N’hésite pas à me laisser un commentaire, j’y répondrais dès que possible (même si j’ai failli pleurer en lisant ceux de l’article précédent).

[Mon article est illustré par mes photos prises en Hollande et à Paris.]

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 Comments

  1. Marilyn

    J’ai adoré ton article (j’ai lu la 1re partie du coup), ça fait plaisir à lire ce genre de témoignages inspirants sur la « reconversion » ! Je suis un peu passée par là moi aussi, dans mon ancien boulot de Content Manager en agence. L’issue que j’ai trouvée n’a pas été de changer de boulot mais de structure : je suis aujourd’hui en freelance. C’est tout nouveau et je tâtonne un peu pour le moment mais j’espère pouvoir faire un bilan aussi positif que toi lorsque j’aurai validé mes 1res commandes ^^
    Bises.

    • Coucou Marilyn! Waw, c’est la grande aventure le freelance! Je suis impressionnée, tu as le courage de te lancer 🙂 Je te souhaite beaucoup de succès et j’espère que tu t’épanouira dans cette nouvelle aventure! Tu reviens donner des nouvelles dans quelques semaines?!

  2. Je suis tellement contente de voir que tu as réussi à surmonter tes soucis professionnels. J’espère que ce nouveau job va t’aider à t’épanouir et qu’il va te rendre heureuse. ♥ xx

  3. Non mais ta façon d’illustrer tes articles… <3
    Pour le reste, tu sais ce que j'en pense.
    Je résumerais mon état face à ta situation en reprenant 4 mots que tu as bien assemblés: "je suis enfin contente"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *